Stage Lau Gar

Stage Lau Gar Kun

SAMEDI 5 MARS

15h-19h

DIMANCHE 6 MARS

9h-12h
Jours
Heures
Minutes
Secondes
Jours
Heures
Minutes
Secondes

Maître invité

Taïlaoshe Julien Levray

Maître de l’école KFTV

Ceinture noire 4e Dan FFKDA

  • Apprentissage de la forme Lau Gar Kun Tao (bâton)
  • Applications au bâton

Créé par Hung Hei-Kwun (disciple de Chee Sin) au 17e siècle, le Hung Gar est un style du Sud de la Chine.

Alliant les techniques du Tigre et de la Grue, le style se caractérise notamment par des postures basses et des frappes puissantes. Il est également conçu pour pouvoir s'opposer à des ennemis armés (avec le travail des bracelets cloutés).

Le style est notamment popularisé par Wong Fei Hung, un des dix tigres du canton.

L'école Hung Gar est un style majeur de Kung Fu de la Chine du Sud, considéré par beaucoup comme le descendant direct de la technique élaborée par les moines-guerriers du célèbre Temple de Shaolin. C'est pourquoi on en parle souvent en lui donnant plus spécialement le titre, que d'autres styles contestent, de SIU LAM PAI. Le terme "Hung Gar" signifie en cantonais "famille Hung" ("Hung Chia" en Mandarin). On trouve aussi l'appelation "Hung Kuen" : Poing de Hung. Le premier travail de synthèse qui fut à la base de cette école est à mettre au compte de Hung Hei-kwun. Né à Yangzhou au 18ème siècle, Il fut marchant de thé avant de rejoindre le Temple de Shaolin. C'était un homme doté d'un physique particulièrement robuste et jeune homme, il était intéressé par les arts martiaux. Pendant un voyage d'affaire dans la province du Kwantung, il eut une dispute avec des nobles Ching. Abandonnant les affaires, il alla directement au Temple de Shaolin et demanda au moine Sam Tak de l'aider à être accepté comme disciple. L'abbé Chee Sin, supérieur du Temple, accepta sa requête. Le talent et l'ardeur de Hung au travail impressionna les anciens autant que le moine Sam Tak et l'abbé Chee Sin, moine-expert rescapé du Shaolin du Fukien à la fin du 18ème siècle. Ce dernier pratiquait des techniques à long rayon d'action, il lui enseigna le style du Tigre que Hung, naturellement puissant, maîtrisa parfaitement. A la fin de son apprentissage, au bout d'à peine six ans, sa force était telle que "ses dix doigts, de la dureté de l'acier, pouvaient broyer une pierre comme l'on brise du bois mort" et il était considéré comme le meilleur disciple de sa génération.

Inscription par mail à l’adresse : assodragondeau@gmail.com